« Maison décalé » met le fabriqué en Normandie à l’honneur avec l’aide de la CCI

« Maison décalé » met le fabriqué en Normandie à l’honneur avec l’aide de la CCI

Marque de prêt-à-porter créée par François Puech d’Alissac, « Maison Décalé » propose une ligne de vêtements inspirés notamment de l’univers technique des pompiers.

Depuis le 1er décembre 2020, l’intégralité de ses productions est assemblée en Normandie. Un dossier France Relance vient d'ailleurs d’être déposé avec le concours de la CCI Rouen Métropole…

Depuis 2007, François Puech d’Alissac est à la tête de l’entreprise SOMATICO, spécialisée dans la distribution d’équipements de protection individuelle (EPI), majoritairement à destination des pompiers privés, des services de protection des grands groupes industriels (chimie, nucléaire, assainissement…) mais aussi des jeunes sapeurs-pompiers.

« En 2016, nous avons commencé par créer une marque spécifique pour commercialiser nos propres équipements : « Décalé ». Puis, en 2017 avec mon associée, nous avons réfléchi à développer une marque premium : « Maison Décalé » ! », explique François Puech d’Alissac. Des produits commercialisés dans la boutique du même nom, située dans le centre-ville de Rouen.

« Mais même si l’adhésion des clients est là, nous n’étions pas forcément satisfaits en interne de la qualité de nos sous-traitants », détaille le responsable. « Et c’est après une édition du MIF, le salon consacré au Made In France, que l’idée germe dans nos têtes, à mon associée et à moi, de rapatrier toutes les étapes de fabrication en Normandie, dans la mesure où une grande partie de la matière première était déjà issue de filières locales », explique François Puech d’Alissac.

Mais l’arrivée de la première vague COVID début 2020 stoppe net les projets de l’entrepreneur qui, disposant d’un atelier de marquage non loin de Dieppe, propose à ses couturières de fabriquer des masques en tissu ainsi que des surblouses. « Par la suite, en septembre, pour honorer de nouvelles commandes importantes de masques, nous avons recruté des couturières supplémentaires et cela a été comme un déclic : sans nous en rendre compte, nous venions de constituer notre équipe pour fabriquer normand ».